Les dommages matériels, un impact professionnel et social sur l'ensemble de la ville

Selon la Fédération française des sociétés d'assurance, 75 000 sinistres ont été déclarés, concernant à 90% des particuliers. Les dommages des entreprises représentent prés de 90 % du coût des remboursements.

Lors de la dernière réunion du Comité de Suivi des Victimes, le 23 novembre 2007 : l'assureur de TOTAL, AON, annonçait une indemnisation des dommages matériels d'un montant de 1 607 499 000 € (intégrant tant les victimes individuelles que les personnes morales).


Logement

Selon La Préfecture de Haute Garonne, l'explosion aurait détruit ou endommagés 30 000 logements.

Les dégâts aux logements ont touché :

  • La quasi-totalité des résidents de la zone proche
  • 40 % de la zone éloignée
  • + d'1 habitant sur 10 a déclaré avoir été relogé provisoirement en raison des dégâts


           

Education

  • 18 crèches et haltes garderies touchées, dont 1 gravement
  • 82 écoles primaires sinistrées (dont 31 sérieusement endommagées), l'école Maurice Jacquier et l'école des Oustalous sont entièrement à reconstruire
  • 18 collèges sinistrés
  • 11 lycées, le lycée Françoise et le lycée Gallieni (qui a vu le décès d'un des ses élèves) sont également à reconstruire
  • 4 établissements d'enseignement supérieur, dont l'École de Chimie à reconstruire entièrement et 3 cités universitaires ont été très touchés
  • 77 établissements sociaux, culturels, sportifs et administratifs

Emploi

"Le retentissement de l'explosion sur la vie professionnelle a touché particulièrement les habitants de la zone proche (deux fois plus de personne déclarant une perte d'emploi) mais il s'est étendu également à l'ensemble des habitants de Toulouse dont le tiers déclare avoir été touché par une interruption de son activité professionnelle."

(Rapport final sur les conséquences sanitaires dans la population toulousaine - INVS octobre 2006)


  • 1 300 entreprises, tous secteurs confondus, représentant près de 21 000 emplois, ont été touchées à divers degrés
  • En 2002, la suppression de 960 emplois était recensée dans 16 entreprises (y compris AZF, SNPE, Tolochimie) par la DTEF
  • 1 300 salariés ont connu des mesures de chômage partiel (dans 133 entreprises)
  • 3 378 déclarations d'accidents du travail ont été recensées, entraînant une perte totale de 40 000 journées de travail

"Cependant, ce chiffre ne concerne que les suppressions d'emploi portées à la connaissance ou recensées par les services de la Direction du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle. En effet, l'information sur la situation des très petites entreprises est complexe à obtenir: celle-ci est restituée au cas par cas, à l'occasion de plaintes de salariés ou de demandes d'aides dont sont saisis l'Etat ou les collectivités locales. De même, le volume des suppressions d'emploi induites par le déménagement des entreprises présentes sur la zone sinistrée, par le non remplacement des départs ou la non-reconduction des contrats à durée limitée (CDD et intérim) demeure difficile à chiffrer."

Bilan économique de la Préfecture de Haute Garonne (Extrait)


           

Autres

La DRIRE, la SEMVAT, la SNCF, la Poste, le CNRS, le CNFPT, le Parc des Expositions, le Zénith, le Stadium, l'hippodrome de La Cépière, le Palais des Sports, la Médiathèque, le Rectorat, la DDE, la Générale de Eaux, Air France etc... Quantité d'établissements publics et privés ont connus des dégâts parfois considérables.