Bilan sanitaire de l'explosion

Le bilan initial de la catastrophe, donné par la Préfecture de Toulouse, faisait état de :

  • 30 morts (dont 21 ouvriers de l'usine AZF)
  • 2 200 blessés

Or, depuis 2001 de nombreuses personnes ont fait valoir leur Droit :

  • d'autres décès ont été reconnus imputables à l'explosion (mais personne n'a obtenu de"chiffre officiel")
  • 19 000 dossiers relatifs aux préjudices corporels ont été ouverts auprès de l'assureur de TOTAL, AON

La Caisse Primaire d'Assurance Maladie a comptabilisé :

  • 11 436 dossiers relatifs à l'explosion de l'usine Grande Paroisse
  • Dont 7 657 dossiers en risque maladie

Le montant de l'indemnisation du préjudice corporel, versée par AON aux victimes de l'explosion AZF, est de 300 millions d'euros.



Les conséquences sanitaires de l'explosion

Plusieurs enquêtes ont été menées par l'INVS (Institut National de Veille Sanitaire) afin d'évaluer à moyen et long terme les conséquences de cette catastrophe industrielle sur la santé physique et mentale des Toulousains.

Les différentes enquêtes mettent en avant l'importance du retentissement de l'explosion sur la santé :

  • 1 personne sur 4 se trouvant à moins de 1700 m au moment de l'explosion déclare avoir été blessée
  • 1 personne sur 3 a eu recours à un médecin généraliste le mois suivant
  • 1 personne sur 10 s'est rendue aux urgences
  • 1 résident de la zone proche sur 10 a déclaré une séquelle (1 sur 100 en zone éloignée)


"Parmi les personnes ayant déclaré des séquelles physiques, seulement environ une sur dix a demandé une reconnaissance officielle ce qui souligne le décalage entre le terme "séquelles" utilisé dans le questionnaire qui était à l'appréciation de la personne interrogée et le terme utilisé en matière d'indemnisation. Les séquelles ressenties par les personnes ne correspondaient peut être pas aux critères de demande de reconnaissance ou bien une grande part des personnes avec des séquelles ont renoncé à faire une demande de reconnaissance."

(Rapport final sur les conséquences sanitaires dans la population toulousaine - INVS octobre 2006)


Des conséquences auditives majeures :

  • les atteintes auditives représentent la deuxième cause de séquelles indemnisées par l'Assurance Maladie (41.4 % des séquelles au 31/10/2005)
  • 1 personne sur 5 se retrouvant à moins de 1700 m au moment de l'explosion déclare des séquelles auditives

Un impact sur la santé mentale très prononcé :

  • les séquelles psychiatriques représentent la première cause de séquelles indemnisées par l'Assurance Maladie (49.5 % des séquelles au 31/10/2005)
  • les réactions immédiates telles qu'une peur, une panique, une horreur ont concerné la moitié des personnes de la zone proche et 1/3 de la zone éloignée
  • Cette souffrance s'est exprimée sous diverses formes, symptômes apparentés au stress post traumatique ou symptômes dépressifs, mais aussi, troubles du comportement et consommation déclarée de psychotropes
  • 1 enfant sur 2 en zone proche (1 sur 4 en zone éloignée) présentait deux modifications de comportement telles que peur, problèmes d'endormissement, cauchemars, angoisse, régression, somatisation, résultats scolaires modifiés


"D'emblée, le lien entre l'impact social d'une telle catastrophe et l'impact sur la santé mentale fut établi, établi, d'après la littérature scientifique, mais aussi parce que l'accident a eu lieu au cœur d'une ville et en particulier au cœur de quartiers ayant des indices socio-économiques plutôt défavorables."

(Valérie Schwoebel - médecin coordonnateur de la CIRE,
Extraits des Actes de colloque AZF 20 octobre 2006)


Site : http://www.invs.sante.fr